Nourriture sauvage

Publié le par Coco

Nourriture sauvage

Il y a quelque jours, j'ai été me balader en forêt. Au détour d'une clairière je suis tombée sur un magnifique merisier (cerisier sauvage) avec une branche basse couverte de fruits. Je m'en suis gavée jusqu'à ce qu'il n'en reste plus à portée de main, même en tendant le bras jusqu'à l'élongation. J'ai adoré ces petits fruits, très sucrés. J'en mange avec le même bonheur qu'un gamin devant un paquet de fraises tagada.

Pas loin, au bord de la clairière, j'ai manqué de tomber dans un bouquet d'ortie. Je les aurais volontiers mangées en tarte ou en soupe mais je n'avais pas de gants sur moi... Je reviendrais les chercher, et je profiterais des gants pour ramasser les châtaignes dans leur bogue épineuse.

Tout ça irait très bien avec une salade de pissenlits. Ca tombe bien, ce n'est pas ce qui manque dans le champ d'à côté !

En s'enfonçant dans la forêt, il y avait des prunelliers, ces arbres dont les épines sont immenses et pas agréables quand elles se glissent dans la peau... On tire de leurs fruits acres une liqueur. Et peu de gens apprécient le goût des prunelles, mais j'adore les manger nature ! En l'ocurrence, ce n'est pas du tout la saison, elles ne seront mûres qu'à l'automne.

En parlant de fruits mûrs, il y avait des ronces partout. Vivement août, que je reviennes leur voler quelques mûres - en me méfiant des épines !

Entre deux chênes, poussaient de jeunes noisetiers. A la fin de l'été, ils seront bien garnis si les écureuils n'ont pas tout mangé...

Et bien sur, il faudra chercher des champignons !

N'hésitez pas à profiter de la nature pour vous nourrir : elle offre de nombreuses possibilités...

Publié dans réflexions, manger naturel

Commenter cet article